Logo mobile 1

Le troisième lien entre Lévis et Québec doit-il être en béton?

  • Par gauc01
  • Le 12/02/2017
  • Commentaires (7)

La consultation organisée par le député Steven Blaney le mercredi 15 février 2017 (19 h, Centre des congrès et d’expositions de Lévis, salle Carrefour, 5750, rue J.-B. Michaud, Lévis), offre l'opportunité de créer une réflexion collective dans ce blogue pour suggérer de nouvelles pistes de solutions ou encore remettre à jour des idées déjà avancées dans ce projet.

Le Collectif 55+ sera représenté lors de cette consultation et propose de recueillir vos commentaires, si vous ne comptez pas participer à cette rencontre, afin d'exprimer vos idées à la consultation. La collecte d’idées sera transmise au nom du Collectif 55+. Voici quelques idées de départ :

Veut-on réduire :

  • la congestion routière et les pertes de temps associées;
  • notre consommation d’essence (le Québec importe de l'essence pour plusieurs milliards de $$$);
  • les GES (entente COP21 de Paris).

Alors, on peut :

  • créer une équipe citoyenne multidisciplinaire, multigénérationnelle, non partisane et virtuelle pour réfléchir sur le sujet en ayant comme but le bonheur et l’avenir durable de notre société;
  • transport public gratuit lors des périodes de pointe (on commence par une période de 6 mois);
  • taxis/navettes 7 passagers avec application Web;
  • compensation pour le réaménagement d’horaires début/fin des gros employeurs;
  • voies alternatives sur le pont Pierre-Laporte;
  • parcs-autos, covoiturage, application Web;
  • subventions pour donner la priorité aux véhicules électriques.

Alain April, membre fondateur du Collectif 55+
membre du c.a. très engagé dans le développement durable
représentant du Collectif 55+ à la consultation du 15 février sur le troisième lien entre Québec et Lévis

Troisième lien entre Lévis et Québec;Consultation de Steven Blaney;Voitures électriques

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (7)

Alain April
  • 1. Alain April | 14/02/2017
Supposons un budget de 2 milliards de $ pour la construction, l'entretien, l'exploitation sur 100 ans et le démantèlement d'un lien physique entre Lévis et Québec. Si ce lien a pour but de réduire les temps d'attente de la circulation automobile, diminuer notre consommation d'essence et de diminuer les gaz à effet de serre responsables des changements climatiques, je crois qu'il serait pertinent d'investir quelques centaines de milliers de $ pour évaluer si d'autres alternatives existent et pourraient donner les mêmes résultats et même mieux qu'un lien physique? Investir dans un lien physique pour 100 ans me semble audacieux en considérant la vitesse de l'évolution de nos sociétés, de ses besoins et des découvertes scientifiques et technologiques.
Mireille Blouin
  • 2. Mireille Blouin | 13/02/2017
J'ajouterais: Un troisième lien est-il nécessaire?

Si on permettait par exemple une piste cyclable et piétonnière sur le pont de Québec ou bien si les gens faisaient le choix de vivre près de leur milieu de travail parce qu'il y aurait des pôles d'emploi dans chaque quartier de l'agglomération ou bien si on mettait un petit transport électrique pour faire la navette sur le pont ou alors un petit train......

Voyez le choix qu'on fait les gens de Copenhagen:
http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/491540/velo-s-inspirer-de-l-audace-copenhaguoise
Alain April
  • 3. Alain April | 13/02/2017
Comment organiser notre intelligence collective? Je ne doute pas de sa présence! Comment optimiser nos ressources? Sommes-nous capables de réfléchir collectivement? Informer, sensibiliser, conscientiser, réfléchir, analyser, proposer, unifier, agir, valider, rétroagir, dupliquer, cela me semble être l'ordre du gros bon sens.
Le Collectif55+ se veut cette étincelle, ce catalyseur. La création d'un premier Groupe Virtuel pourrait être notre véhicule collectif?
Huguette Proulx
  • 4. Huguette Proulx | 13/02/2017
"Toujours plus de la même chose" donne "toujours plus du même résultat". (Paul Watzlawick).
Ainsi, depuis de nombreuses années, la création de toujours plus de "liens" ont eu pour effet de multiplier toujours plus le nombre de véhicules venus encombrer de plus en plus lesdits "liens" ( comprendre routes, autoroutes, ponts, etc.).
La solution préconisée? Créer encore plus de "liens" qui seront à leur tour rapidement toujours plus encombrés! Cela s'appelle, encore et toujours, un cercle vicieux. Cela nous semble-t-il une voie raisonnable? Est-ce ce que nous voulons?
Ainsi, face au problème: Essayer, non pas "encore" mais autrement!

D'autres modèles existent qui ont fait leur preuve dans le monde : transports collectifs, carburants alternatifs, autres sources d'énergie, etc. Nous ne manquons pas de créativité. Mais aurons-nous le courage politique nécessaire? L'urgence climatique, pour ne nommer que celle-là, le commande pourtant.
Alain April
  • 5. Alain April | 12/02/2017
Je suis entièrement d'accord avec votre vision de notre futur à bâtir maintenant. Reste à sensibiliser nos concitoyens à cette réalité.
Jean Laliberté
  • 6. Jean Laliberté | 12/02/2017
Nous savons maintenant que la solution ne se trouve pas dans la construction de nouvelles autoroutes et de nouveaux ponts (ou «liens» comme on les appelle pudiquement). Les nouvelles infrastructures routières ne font que générer encore plus de traffic. Les solutions passent par la densification (même si notre rêve à tous est la campagne en ville...) et les transports en commun.

Le problème est que les gens rêvent de maisons unifamiliales avec un grand terrain en banlieue et une ou plusieurs voitures (et je suis un ce ceux qui ont réalisé ce rêve). Il faudra cependant se résoudre collectivement à accepter d'autres modèles qui font beaucoup moins rêver. Mais les politiciens ne sont pas prêts à proposer ces nouveaux modèles pour la bonne et simple raison qu'ils veulent se faire réélire.

La réalité finira par nous rattraper, mais ça prendra encore du temps...
Cécile Gaudreault
  • 7. Cécile Gaudreault | 12/02/2017
Il me semble que ce projet, tel qu'il nous est présenté par différentes autorités politiques, va à l'encontre des grands principes de société durable et de villes intelligentes. Sommes-nous encore, ici en Amérique, dans la nostalgie des années 60-70 alors que les pays nordiques européens créent des modèles de collectivités qui encouragent fortement le transport collectif tout en ayant soin de réduire les GES?

Voir plus de commentaires

Ajouter un commentaire