Logo mobile 1

Les céréales et produits à base de céréales

Les céréales sont cultivées depuis environ 10 000 ans av. J.-C. Depuis 6 000 ans, elles sont répandues sur tous les continents et ont été la nourriture de base de toutes les populations. Leur contenu en glucides (de 64 à 70 %), dont une partie en fibres, en protéines (de 6 à 14 %), dont plusieurs céréales possèdent toutes les acides aminés essentiels, en lipides (de 2 à 3 %), en sels minéraux et en vitamines, expliquent le pourquoi de leur consommation. 

Toutefois, pour bénéficier pleinement de tous ces nutriments, ces populations devaient consommer les grains entiers ou complets des céréales, ce qui a été le cas de toutes celles qui ont vécu avant le 20e siècle. En effet, en les consommant de cette façon, les céréales conservent leur son et leur germe, c’est-à-dire qu’elles conservent leurs fibres, leurs sels minéraux et leurs vitamines.

Malheureusement, depuis le milieu du 19e siècle, et surtout depuis les 50, 75 dernières années, les céréales ont subi l’industrialisation de l’alimentation : raffinées avec ajout de sucres et de graisses. Elles ont ainsi perdu la majeure partie de leur son (riche en fibres) et leur germe (riche en antioxydants, vitamines et minéraux). Une perte de fibres abaisse le métabolisme des nutriments énergétiques, affecte négativement le travail du système digestif et entraîne une diminution de la satiété; tandis qu’une perte de germe déminéralise partiellement l’organisme. 

L’industrialisation de l’alimentation, plus particulièrement en ce qui concerne les céréales et les produits à base de céréales, et l’augmentation de leur consommation, sont toutes deux responsables en grande partie de la majorité des maladies de la seconde moitié du 20e siècle et du début du 21eCereales 400

La question que l’on doit se poser est la suivante : comment nous assurer de bénéficier de tous les nutriments des céréales et produits à base de céréales, sans avoir à subir les conséquences néfastes de leur consommation : obésité, maladies cardio-vasculaires, diabète et certains cancers? Il va de soi que la consommation de sucres y est également pour quelque chose, bien qu’à défaut d’en consommer, la consommation de céréales et produits à base de céréales raffinés et transformés pourrait expliquer en majeure partie ces maladies.

Eh bien! Contrairement à ce que vous pouvez penser, la réponse est très simple : il s’agit de consommer des céréales complètes et éviter la consommation de céréales raffinées et transformées. Mais, l’énorme problème qui se dresse devant nous est le suivant : la majorité des centres d’alimentation contiennent des produits céréaliers raffinés et transformés! Ne parlons même pas ici des dépanneurs, restaurants ou autres centres d’alimentation, exception faite des centres d’alimentation naturelle, pis encore!

Tous les types de céréales qui s’offrent à nous se présentent sous forme de grains, de flocons, de farine et de graines germées. Il s’agit de prendre celle que vous privilégiez (usage) et la forme qui a subi le moins de transformations. Les grains, les flocons, les farines de meule et les graines germées (beaucoup d’avantages) sont évidemment à privilégier. Dans les faits, la seule forme qu’il faut éviter est la farine qui a subi des transformations qui font disparaître deux composantes essentielles: le son et le germe. Malheureusement, la majorité des produits céréaliers que l’on retrouve dans les marchés d’alimentation sont fabriqués à partir de cette farine! Comment s’y retrouver?

Comme les flocons de céréales ont subi très peu de transformations, ayant ainsi conservé une bonne partie de leur son et leur germe, et comme ils ne nécessitent en général pas ou très peu de cuisson, nous les utiliserons donc prioritairement dans l’élaboration de nos repas, principalement les déjeuners. En effet, ils nous serviront de base dans l’élaboration de plusieurs mueslis, auxquels nous ajouterons d’autres nutriments complémentaires, tels que les noix, les graines, les fruits ainsi que des produits protéinés. Chaque matin notre corps, ayant été 12 heures sans avoir été nourri, bénéficiera ainsi des bienfaits des céréales, sans en avoir les conséquences néfastes décrites ci-dessus.

Pour les autres repas restants, au nombre de 14, nous pourrons consommer d’autres ingrédients accompagnés de légumes, tels que du poisson, des œufs, du poulet ou de la dinde, de la viande rouge à l’occasion et des légumineuses. Sur ces 14 repas, il ne nous restera alors qu’à consommer trois ou quatre repas à base de céréales ou produits à base de céréales. Il faudra alors être en alerte!

Des options à ces quatre repas seraient de consommer des pâtes faites à partir de légumineuses accompagnées de céréales, limitant ainsi la proportion de ces dernières, prendre des pâtes alimentaires avec un contenu plus élevé en protéines ou, finalement, trouver les bons produits céréaliers dans les marchés d’alimentation. Bonne chance!

En passant d’un mode alimentaire composé majoritairement de glucides à index glycémique bas ou très bas, comme celui de nos ancêtres, à un mode alimentaire composé très majoritairement de glucides à index glycémique élevé ou très élevé, une proportion croissante d’individus ont développé des problèmes de santé, entre autres, de surpoids et de diabète.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 31/01/2018