Logo mobile 1

Maintenir l’estime de soi, équilibrer 2 orientations (individualiste et/ou sociétale)

« Et maintenant, que vais-je faire? »

La manière de penser son « futur » pour se réaliser et maintenir l’estime de soi diffère d’un individu à l’autre, et est influencée par le vécu propre à chacun.

Plusieurs tentent toutes sortes d’expériences, d’activités dont la création de nouveaux liens, rencontres et implications qui, souvent, se soldent par des déceptions et un sentiment d’échec.

Plaisir et satisfaction ne semblent donc pas systématiquement au rendez-vous.

Une raison de ces essais décevants peut être reliée à l’habitude de notre façon de penser, d’analyser et de réfléchir le cours de notre vie.

La tendance est de se référer aux expériences passées, à ce que l’on connaît, au lieu d’oser la créativité pour se forger un regard nouveau sur l’avenir.

Les « boomers » ont vécu dans une mentalité orientée par le devoir, le sens des responsabilités, l’aspiration au travail bien fait, la loyauté aux institutions, l’ordre et les règles établis.

Il peut être difficile, dans ce contexte et pour certains, de modifier ce pattern, de crainte de se percevoir comme étant trop centré sur soi-même, d’être moins  impliqué dans la  communauté, de manquer d’altruisme et de devenir trop égoïste.

Pour certains, l’arrivée à la retraite signifie une certaine perte du pouvoir d’influence sur les orientations et décisions politiques et sociales.

Le retraité perdrait, en quelque sorte, en raison du changement de son statut social, les leviers nécessaires pour changer les choses, bien qu’il soit très conscient des changements et des évolutions nécessaires.

« Comme si l’action ne pouvait plus suivre la réflexion ».

Pistes de solutions

  • Se recentrer, à l’aide de la méditation, entre autres, permet de se connecter avec soi-même, laisser ainsi émerger ses intérêts, gouts, passions, rêves, talents et aptitudes; 
  • La rédaction du Récit de vie favorise cette analyse réflective  et sa relecture amène  à redécouvrir les moments et expériences signifiants qui sont à la source des intérêts et rêves qui pourraient être réactivés.
  • Les moyens suivants peuvent ne pas porter instantanément les résultats escomptés puisqu’il s’agit là d’une démarche d’introspection qui nécessite temps et discipline.
    • Identifier des rêves à réaliser, donner un nouveau sens à sa vie.
    • Se donner de petits objectifs procurant du plaisir, une satisfaction d’accomplissement.
    • Certains auteurs mentionnent « qu’être vieux, c’est ne plus avoir de rêves ».
    • Laisser monter ses désirs de son être vers sa pensée et non penser d’abord de façon cartésienne comme on a dû le faire au travail.
    • Être créatif, ne pas avoir peur d’être délinquant, voire subversif!
    • Vivre plus intensément le moment présent.
    • Se maintenir actif dans notre société, plusieurs choix nous sont offerts. Le bénévolat, bien sûr, peut être une solution pour certains, mais la retraite et le bénévolat ne devraient pas être inter reliés comme ils le sont actuellement.
    • Créer des groupes d’intérêts au niveau local, régional ou provincial, représente également une alternative au maintien de l’implication des retraités.

La retraite n’est-elle pas notre dernière chance d’être subversifs?

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 08/01/2018