Logo mobile 1

Maintenir sa santé mentale et cognitive

Aspects de la santé mentale et cognitive qui semblent davantage « fragilisés » à la retraite

 On dit que la retraite permet de mieux s’occuper de soi et de se recentrer. Nos capacités diminuent graduellement : moins de mémoire (court terme surtout), prise de décision plus lente et parfois hésitante, plus d'anxiété, etc. Prendre soin de soi devient un apprentissage majeur. Bien vieillir devient, en quelque sorte, un travail à temps plein.

Comment préserver, sinon améliorer sa santé mentale et cognitive? Quelles sont les ressources à notre disposition? Comment utiliser ces ressources?

Les aspects de santé mentale et cognitive qui semblent les plus « fragilisés » à la retraite :   Couple assis

  • Mémoire à court terme.
  • Stimuli intellectuels versus stimuli du milieu de travail.
  • Capacité à gérer la « surinformation » des médias et de l'environnement.
  • Efficacité de gestion du temps : activités quotidiennes  et entretien de son habitat.
  • Quiétude de l’esprit : anxiété plus ou moins importante associée aux pertes.
  • Vie sociale : l’isolement social (manque de contacts sociaux) contribue à la perte de performance de certaines habiletés cognitives.

Pistes de solutions pour stimuler les fonctions cognitives

  • Utiliser des logiciels (ex : Lumosity, Neuro action, etc.) : aucune donnée scientifique probante sur  leur efficacité réelle; probablement bons pour le moral  mais causent de la fatigue neuronale, et certains s'apparentent à une forme d’attrape. Retraite 400
  • Développer des modes personnels de compensation (pour la mémoire à court terme notamment) : éviter de s'isoler, se dévaloriser ou se culpabiliser, et exagérer les impacts des pertes sur ses activités quotidiennes. On n'est pas seul/e à vieillir, et certaines passions sont encore disponibles!
  • Apprendre une autre  langue, surtout par l’interaction avec d'autres personnes et, si possible, l’immersion dans un milieu de vie utilisant cette langue étrangère.
  • Faire de la relaxation et de la méditation pour réduire l’anxiété à l’aide de matériel audio-visuel ou en groupe avec un guide compétent.
  • Développer une sagesse : planifier son futur sur de plus courtes périodes de temps que durant sa jeunesse; objectifs, projets ou rêves deviennent plus réalistes et réalisables.

Quelques réflexions en conclusion

  • Le sentiment du « temps qui file vite » a un lien avec la gestion de son temps; ainsi, pour certains, l’hiver semble passer plus lentement que l'été.
  • Bien que cette perception puisse être présente au cours de sa vie, elle semble exacerbée par la retraite.
  • Peut-être y a-t-il un lien avec la fin de la vie qui se rapproche et le sentiment de vouloir faire certaines choses avant cette fin, d’où la proposition d’avoir des objectifs à plus court terme à la retraite.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 05/10/2016