Logo mobile 1

Comparaison de la structure de la dette publique du Japon et de la Grèce

M. Jacques Larochelle poursuit sa présentation amorcée lors de la rencontre du 10 mai 2016.  Ses propos portent essentiellement sur certains aspects méconnus de la dette du Japon et de la Grèce.

Qui a profité de la dette de la Grèce?

D'après les compilations du centre SIPRI, entre 1991 et 2010, la Grèce s’est classée au 6e rang des pays acheteurs d’armes alors que sa population se situait au 83e rang et son PIB au 47e rang.  Durant cette période, l’Allemagne fut le principal fournisseur d’armes tandis que des coupures sévères étaient imposées dans les services à la population grecque. 

À cette époque, parmi les autres pays qui vendirent des armes à la Grèce, citons la France, notamment des frégates de combat, et les États-Unis dont 24 chasseurs F-16.

Les achats susmentionnés furent principalement financés par les banques des pays concernés.

Quels furent les impacts des achats d’armes sur la dette grecque?

Selon Angelo Philippides, si la Grèce avait dépensé au même rythme que les autres pays européens, elle aurait épargné un montant équivalent à sa dette actuelle. Interetpretshorloge 500

Selon Katerina Tsoukala, les dépenses militaires effectuées par la Grèce depuis1994 sont supérieures au montant de sa dette.

N.B. Il ne faut pas sous-estimer l’importance des pots-de-vin dans le commerce des armes.  Quelque 20 G $ seraient ainsi consacrés annuellement à la corruption au niveau mondial.  Entre 2004 et 2008, 80 % des généraux américains 3 et 4 étoiles, ayant pris leur retraite, furent engagés par les firmes de fabrication d’armement.  Le fabricant d’armes allemand Ferrostaal  a versé 1,18 G € en paiement suspect pour des contrats conclus entre 1999 et 2010.  Ajoutons qu’au Canada, un ex-premier ministre canadien a reçu la somme de 225 000 $ de Karlheinz Schreiber, présumément pour promouvoir la vente d’avions AIRBUS en 1994.

Les Grecs travaillent-ils moins que les autres Européens?

Selon les données de l'OCDE, les Grecs travaillent annuellement 50 % plus d’heures que les Allemands, ces derniers étant toutefois davantage productifs.

Les pensions versées aux citoyens grecs sont-elles démesurées?

Depuis le 1er janvier 2013, l’âge normal de la retraite est de 67 ans en Grèce.

Quelle est la situation de la Grèce en termes de balance commerciale et de balance courante?

La balance commerciale (biens et services) de la Grèce est négative, ce qui signifie que les importations dépassent en valeur les exportations (déficit commercial).  Dans cette situation, un gouvernement compte habituellement sur les investissements étrangers pour se développer ; toutefois ces investisseurs ont par la suite tendance à repartir avec leur argent. Calculatrice 350

Notons que la balance courante, soit la somme de la balance commerciale et de la balance des revenus internationaux, est un estimateur très prisé du bilan des échanges que fait un pays avec l'étranger. La balance courante décrit bien le succès à long terme de l’Allemagne, laquelle a pu exporter davantage grâce à l’euro alors que ce n’aurait pas été le cas si elle avait conservé le mark.  Par ailleurs, le commerce en euro a eu un effet contraire sur la balance courante en Grèce, de là l’importance de créer des mécanismes de compensation pour éviter que de telles divergences ne croissent davantage.

Qui détient les dettes nationales?

Dans l’ÉCONOTE d’avril 2013 de la Société générale, il est mentionné qu’à la fin 2011 :

  • le pourcentage de la dette intérieure du Royaume-Uni détenu par la Banque d’Angleterre s’élevait à 22 % alors que 31 % de celle-ci était entre les mains de non-résidents;
  • aux États-Unis, la réserve fédérale avait acquis 16 % de la dette publique et les non-résidents 31 % ;
  • dans la zone Europe, 29 % de la dette était détenu à l’extérieur de l’Union européenne ;
  • au Japon, dont l'énorme dette est comparable à celle de la Grèce en terme de % du PIB, seulement 4 % de la dette avait été acheté par des non-résidents.

En Grèce, 95 % de la dette publique serait détenu à l’étranger.  Au cours des dernières années, l’Union européenne et le FMI auraient prêté à la Grèce 226 G €.  Depuis 2010, 260 milliards d'euros ont été avancés à la Grèce. Seulement 5 % de cette somme est resté en Grèce, le solde étant retourné vers les prêteurs étrangers.

La détention des dettes nationales par des étrangers accroît l’interdépendance entre les pays et diminue la liberté des gouvernements dans leurs actions.

Conclusion

La question suivante posée à Angela Merkel s’avère toujours pertinente : « Est-ce correct que les banques fassent des prêts irresponsables à des pays et les mettent par la suite en faillite? »

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 05/10/2016