Logo mobile 1

L’ADN de nos habitudes alimentaires : de la Nouvelle-France à nos jours

Conférence le 23 novembre 2017, 13 h 30 à 16 h
Centre sportif de Sainte-Foy, 930, avenue Roland-Beaudin, salle 115, Québec

De quoi se composait le quotidien alimentaire de nos ancêtres, depuis Samuel de Champlain jusqu'à l'Expo 67? Quelles ont été les grandes phases de notre histoire gastronomique marquées par des changements climatiques et politiques qui ont imposé plusieurs aménagements parfois draconiens au régime culinaire de notre histoire? À quoi ressemblaient les menus et tablées selon les classes sociales? Pourquoi, malgré des tonnes de thé disponibles, nos ancêtres n’en buvaient que très peu? 

L'alimentation touche au quotidien et à l'identité des gens du pays. Or, lorsqu'il est question de l'alimentation d'autrefois, ce quotidien est souvent perçu comme terne et sans saveur. Erreur! Car l'alimentation en Nouvelle-France, comme ailleurs, varie au gré des couches sociales, des saisons, du climat et des prescriptions religieuses et change avec l'amélioration des techniques agricoles. Elle est aussi marquée par le contact des diverses civilisations qu'elle côtoie, tant autochtones qu'anglo-saxonnes. Gastronomie nouvelle france

Prêts à emprunter aux Amérindiens des ingrédients qui assurent leur survie, les ­colons français s'empresseront, aussitôt leur modèle culturel alimentaire bien implanté, de ­rejeter radicalement ces aliments. Plus tard, au contact des Britanniques et des loyalistes, les « Canadiens » connaîtront de nouveaux goûts et adopteront de nouveaux produits. Bref, ­l'alimentation coloniale ­évolue, de sorte qu'on assiste à la naissance non pas d'une ­alimentation traditionnelle, mais de traditions alimentaires.

Un menu d'atelier composé de questions, réponses et d'exemples illustrés et parfois surprenants de savoirs utiles, surtout à l'approche des tablées des Fêtes. 

Conférencier invité

Yvon Desloges, historien et auteur. Yvon Desloges est historien retraité de Parcs Canada. Diplômé de l'Université Laval, il a travaillé à l'histoire du canal de Lachine pendant plusieurs années et a coécrit, avec Alain Gelly, l'ouvrage « Le Canal de Lachine : du tumulte des flots à l'essor industriel et urbain » (Septentrion, 2002). Historien polyvalent, il compte plusieurs publications sur l'histoire de l'alimentation, sur les fortifications et sur la ville de Québec.

À table en Nouvelle-France | Septentrion, 2009, 204 pp. Des copies seront disponibles sur place pour achat.
Histoire de mieux vous faire savourer ce bref survol des pratiques alimentaires des XVIIe et XVIIIe siècles, Yvon Desloges l'a épicé de quelques peintures d'époque tirées du répertoire européen. Hérésie? Non, puisque arbres fruitiers, graines de semences et cheptel, malgré une flore et une faune indigènes abondantes, proviennent du vieux continent. Et comme l'alimentation est d'abord affaire de cuisine, vous êtes aussi conviés à explorer et à expérimenter le goût de votre histoire à travers une quarantaine de recettes adaptées aux techniques et aux approvisionnements modernes.

Programme

Déroulement de l'activité, le 23 novembre 2017
Heure Activité
13 h - 13 h 30 Accueil des participants 
13 h 30 - 13 h 45 Mot de bienvenue et présentation du conférencier invité
13 h 45 - 14 h 45 Conférence de Yvon Desloges. Le menu vise à mettre bien des goûts en appétit; un panorama culinaire persillé de couleurs et d'images, de Samuel de Champlain à Expo 67. 
  • Entrée :  quatre  phases d’histoire gastronomique (amérindienne, française, britannique, moderne). 
  • Entre-mets : des changements climatiques imposant des accommodements draconiens aux régimes alimentaires. 
  • Menus principaux et tablées, selon les classes sociales : noble, seigneuriale, ecclésiastique, commerçante, artisane, militaire, urbaine, rurale, etc. 
  • Hors-d’oeuvres : bouquet de questions, réponses et exemples surprenants. 
  • Dessert : parfait « vrai ou faux »
  • La moutarde de Dijon a été partiellement fabriquée avec des graines arrivées d’ici… par hasard. 
  • On en est venu à exporter des pommes de terre initialement importées ici par un gouverneur... britannique.  
  • Malgré des tonnes de thé disponibles, on n’en buvait que peu parce qu'on n'appréciait pas vraiment... le sucre.
  • Baratter du beurre s’apparentait à fabriquer.. de la matière précieuse.
14 h 45 - 15 h   Pause et rafraîchissements
15 h - 15 h 50 

Période de questions-réponses, échanges

15 h 50 - 16 h 

Mot de la fin

16 h 

Départ

Inscription et lieu de l'activité

  • 10 $ membres, 15 $ non-membres, 20 $ conférence + devenir membre.
  • Le coût comprend l'inscription, la collation et les rafraîchissements.

Lieu de l'atelier

Centre sportif de Sainte-Foy
930, avenue Roland-Beaudin, salle 115
Québec (Québec) G1V 4H8

Comment s'y rendre

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 23/11/2017